société

Le Cheek Point

Entre injonctions et libération, l'éternelle ambivalence de la presse féminine

Le Diable s'habille en Prada © Twentieth Century Fox France


On a lu pour vous cet article sur les contradictions de la presse féminine vis-à-vis du féminisme et on vous le recommande.

Dans son essai, Anne-Marie Lugan Dardigna décrypte la manière dont certains titres ont pleinement servi et co-construit un système de représentations, de canons de beauté, d’étalon d’un horizon désirable (en termes de tour de taille mais aussi dans le rapport au célibat ou à la maternité)… tout en réussissant le tour de force de passer pour des magazines œuvrant à l’émancipation de la femme. (…) Plus loin, elle parle de ‘manipulations occultées que nous allons essayer de ramener en surface. Et la voilà qui s’attelle à montrer comment, sous le vernis d’une image progressiste, c’est en réalité une ‘image traditionnelle des femmes qu’on voit resurgir, ‘un peu époussetée, repeinte aux couleurs de la mode’ mais ‘prête à plonger dans la pire des régressions.”

À l’occasion de la reparution cette année de l’essai Femmes-femmes sur papier glacé, écrit par Anne-Marie Lugan Dardigna en 1974 et désormais préfacé par Mona Chollet, la journaliste Chloé Leprince revient sur l’ambiguïté de la presse féminine, à la fois symbole de l’émancipation des femmes et canal privilégié de la diffusion des stéréotypes. Si cette double tendance a toujours existé, la journaliste montre qu’avec les années, elle n’est pas allée en s’améliorant. Au contraire. 

À lire le plus vite possible sur le site de France Culture.


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE