société

Les femmes, ces héroïnes en première ligne de l'épidémie de Covid-19

Instagram/©clemence_crun


Infirmières, auxiliaires de vie, aides à domicile, hôtesses de caisse… Souvent précaires, les métiers les plus sollicités dans ce contexte de crise sanitaire sont aussi très largement occupés par des femmes. Une situation qui appelle, plus que jamais, à valoriser le travail du “care”.

Le Covid-19 agit, à bien des niveaux, comme un révélateur des inégalités sociales et de genre. Si le taux de mortalité chez les hommes est plus élevé que chez les femmes (2,8 % contre 1,7 % selon une étude réalisée par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies), celles-ci sont, et de très loin, majoritaires dans les professions en contact avec les malades, et courent donc davantage de risques d’être contaminées. Dans la province du Hubei, où est apparu le nouveau Coronavirus, elles représentent plus de la moitié des médecins et 90% des infirmier·e·s. La situation n’est guère différente en France, où ce chiffre atteint 88%. Idem pour les hôte·sse·s de caisse (90% de femmes) ou encore les aides à domicile (97%), également très exposées au virus dans leur vie quotidienne… et pour la plupart très mal protégées. 

 

“La galère pour nous, les oubliées”

Les conséquences de la pénurie de masques en France frappent l’ensemble du personnel soignant, et certains métiers plus durement encore que d’autres. Dans le milieu hospitalier, ils sont débordés, mais pour l’instant, ils ont du matériel. En tant qu’infirmières libérales, nous avons droit à 18 masques de protection par semaine au maximum, alors qu’il nous en faudrait le double. Nous sommes particulièrement à risque, car nous nous rendons quotidiennement au domicile des patient·e·s fragiles (âgé·e·s ou susceptibles d’avoir des complications importantes), explique Pascale Lejeune, secrétaire générale de la Fédération nationale des infirmiers (FNI).Les patient·e·s hospitalisé·e·s dans les services de réanimation ou de maladies infectieuses sont légitimement soumis·es à des conditions drastiques d’hygiène. Au domicile, comme vous le savez, il n’en va pas de même, a déclaré dans le même sens le syndicat Convergence infirmière dans un communiqué le 18 mars. Le dernier maillon de la chaîne de soins que nous sommes risque d’imploser et si tel est le cas, les conséquences sanitaires seront désastreuses.

Même son de cloche pour les services d’aide à domicile et dans les Ehpad, où Pascale Lejeune juge la situation “très préoccupante: Pour l’instant, la règle, c’est neuf masques par semaine et par auxiliaire de vie.C’est clairement insuffisant. La plupart des auxiliaires vont au travail la peur au ventre, d’être contaminées et de contaminer leurs patient·e·s ou leur famille…, renchérit Michaëlle Paillet, 48 ans, qui aide des personnes âgées non autonomes (entre 89 et 97 ans) à domicile.Je suis auxiliaire de vie, je suis en première ligne. Bientôt plus de gants, plus de gel. Et pas de masques. Le début de la galère pour nous, les oubliées, témoigne de la même façon Océane, 24 ans, sur Twitter. À noter que les personnels de ménage et assistantes maternelles pourront bénéficier pour leur part d’un système similaire au chômage partiel, a annoncé Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, le 16 mars dernier.

 

Une lutte pour la visibilisation

Il n’y a qu’à voir les applaudissements encourageant tous les soirs le personnel soignant et le succès du hashtag #OnApplaudit sur les réseaux sociaux: ces métiers jouissent aujourd’hui d’une visibilité inédite. Pour Mathilde Blézat, journaliste et co-autrice du manuel féministe Notre Corps, nous-mêmes, cette crise sanitaire aura au moins eu le mérite de rappeler l’utilité sociale énorme de ces professions “souvent mal rémunérées et précaires: Le travail de ‘care’ est essentialisé, alors qu’il est lié à une éducation genrée: sous prétexte qu’il s’agirait d’une compétence féminine, il est sous-payé.

La pandémie sera-t-elle donc l’occasion de rebattre les cartes? “On est obligé·e·s de voir que ce sont les métiers les plus vitaux dans la société, mais je ne suis pas sûre qu’ils soit revalorisés pour autant”, tempère-t-elle en déplorant le “manque d’annonces faites par le gouvernement pour les protéger ou augmenter leur salaire, s’assurer que leurs heures supp’ soient payées.” Et le discours guerrier prononcé par le Président le 16 mars, assimilant le personnel soignant à des soldats, n’est pas pour aider. “Cette virilisation du vocabulaire du soin est encore une manière d’invisibiliser l’activité des femmes”, juge-t-elle. 

Instagram / @teym_hm

Sans oublier le travail domestique du “care” -gratuit et lui aussi très largement féminin-, démultiplié en temps de confinement: “Les hommes vont souvent y participer, mais il n’empêche que ce sont presque toujours les femmes qui s’occupent de leurs proches et leur apportent du soutien émotionnel, aménagent leur temps de travail pour pouvoir s’occuper des enfants, faire l’école à la maison… En ce moment, on arrive facilement à la triple voire quadruple journée de travail! La lutte pour la visibilisation ne fait que commencer: “Au sein du collectif ‘Notre corps, nous-mêmes’, nous avons lancé un appel aux témoignages à toute femme ayant envie de partager son vécu de la crise, pour que l’on puisse construire une archive. Parce que quand tout cela sera fini, on nous parlera des héros de guerre et de quelques personnalités qui nous auront sauvé·e·s, et on oubliera les petites mains.

Sophie Kloetzli


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE