société

Les femmes vont-elles sauver la planète? 

Instagram / @gretathunberg


Elles sont en première ligne quand il s’agit de défendre les intérêts de la planète. Mais l’engagement des femmes pour l’écologie suffira-t-il à changer la donne?

Elle a 16 ans et s’apprête à participer au sommet de l’ONU pour le climat le 23 septembre prochain. Impossible de passer à côté d’elle ces derniers mois: Greta Thunberg a fait la Une des médias internationaux et bousculé chefs d’État, élus politiques et dirigeants d’entreprises au gré de ses venues au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ou à l’Assemblée nationale, l’été dernier. 

Moquée pour son jeune âge, son handicap -elle est atteinte du syndrome Asperger– ou encore taxée de manipulation, Greta Thunberg n’en est pas moins l’un des visages les plus actifs de notre époque concernant la lutte contre le réchauffement climatique. Avec elle, d’autres activistes expriment l’urgence d’agir et proposent des solutions. Parmi elles: la plus jeune membre du Congrès jamais élue aux États-Unis, Alexandria Ocasio-Cortez, ou encore la militante écologique française Claire Nouvian, cofondatrice du mouvement politique Place Publique. Force est de constater que les personnes qui s’imposent et s’opposent face aux puissants de ce monde en matière d’environnement sont des femmes. 

Un fait qui n’a rien d’un hasard quand on sait que le sujet de l’écologie touche plus souvent les femmes que les hommes, comme l’explique Pascale d’Erm, autrice de Sœurs en écologie. D’abord, parce que les femmes ont été associées par la société patriarcale à la nature -et au fait d’en prendre soin. Elles sont “en prise directe avec la réalité des problématiques écologiques”, selon cette dernière. Les femmes se sont emparé d’un sujet politique dont les hommes ne voulaient pas parce que, pour eux, le domaine du développement durable n’était pas considéré comme sérieux et essentiel, ajoute Pascale d’Erm. La nature a été un piège pour les femmes donc aujourd’hui, c’est très émancipateur pour elles de s’inscrire dans une révolution écologique.

 

La convergence des luttes

Alice Jehan, co-fondatrice du collectif éco-féministe Les Engraineuses, partage ce point de vue. Elle cite le combat de la militante indienne Vandana Shiva, prix Nobel alternatif en 1993, pour ses engagements en faveur de l’agriculture et sa lutte contre les OGM. Elle s’adresse aux puissants. Elle n’a jamais été au gouvernement mais elle a dirigé des structures”, explique celle qui, avec son collectif composé uniquement de femmes, poursuit en France cet engagement éco-féministe. L’éco-féminisme relie les oppressions du patriarcat sur les femmes et du capitalisme sur la nature. C’est une convergences des luttes. On ne peut pas réfléchir l’écologie sans le féminisme. Le fait que les femmes se réunissent pour en parler et trouver ensemble des solutions est logique. L’idée est d’ensuite pouvoir les partager au plus grand nombre et faire changer les choses.

Durant les marches pour le climat, on a pu voir une plus forte parité que dans d’autres mouvement sociaux plus traditionnels.”

L’agricultrice urbaine Ophélie Damblé estime de son côté que “les femmes peuvent apporter beaucoup de créativité à la lutte écologique”. Celle qui a également fondé un collectif de femmes explique sa démarche: “À l’origine, Les Invasives était d’abord une initiative de rassemblement entre femmes qui se sont reconverties dans le domaine de l’écologie, et plus largement des plantes, pour lutter contre l’isolement”, explique la créatrice de la chaîne Youtube Ta Mère Nature, et co-autrice du livre Guerilla Green, paru cet étéAdepte de la désobéissance civile, Ophélie Damblé estime qu’il faut continuer “à mettre en lumière ce genre d’actes tout comme les initiatives positives et les alternatives: montrer des exemples qui fonctionnent pour prendre les gens par la main et les mettre dans l’action, même si elle n’est pas parfaite.”

 

Des femmes aujourd’hui plus légitimes

En traversant l’Atlantique en bateau pour se rendre à New York, Greta Thunberg n’a pas reçu que des critiques positives. Alexandria Ocasio-Cortez a, elle, vu son Green New Deal (Ndlr, vaste programme politique écologique) moqué par l’opposition et ignoré par son propre parti. Pourtant, on doit reconnaître à ces femmes qu’elles ont réussi à mobiliser autour d’elles toute une génération, loin d’être exclusivement féminine.

Durant les marches pour le climat, on a pu voir une plus forte parité que dans d’autres mouvement sociaux plus traditionnels, observe Ophélie Damblé. À titre personnel, j’ai pu remarquer que, dans ma formation en maraîchage biologique, nous étions autant d’hommes que de femmes. Chose que l’on n’aurait pas forcément vue il y a encore quelques années.” Face au bilan écologique actuel, “le sujet de la santé environnementale monte avec force”, constate Pascale d’Erm. “On peut moins contester les femmes”. Les moqueries d’hier sur la défense des animaux de Brigitte Bardot ne sont plus à l’ordre du jour face, par exemple, aux vidéos choc de l’association L214, fondée par une autre Brigitte -Gothière.

La lutte contre le double asservissement des femmes et de la nature est une pensée qui se répand.”

La révolution écologique repose alors sur les jeunes générations, plus sensibilisées aux problématiques écologiques mais aussi féministes. “La lutte contre le double asservissement des femmes et de la nature est une pensée qui se répand et qui est en train de dépasser le cadre de l’éco-féminisme”, assure Pascale d’Erm. On a besoin de ces femmes qui s’adressent aux politiques, conclut de son côté Alice Jehan. Bien sûr qu’il est important de sensibiliser la population et les jeunes mais il faut aussi s’adresser aux politiques et entreprises pour un changement de paradigme global.” Au lendemain de nouvelles conclusions alarmantes concernant le changement climatique, nul doute que les femmes seront nombreuses à défiler samedi dans les rues de France et du monde pour la prochaine marche pour le climat.

Arièle Bonte


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE