société

Le Cheek Point

On peut ne plus vouloir avoir ses règles et être féministe

Instagram/@myholy_


On a lu pour vous cet article de Slate sur l’arrêt des règles et le féminisme et on vous le conseille fortement.

En janvier, la Faculté de santé en matière de sexualité et de reproduction du National Health Service (NHS) britannique avait dévoilé que la pause de sept jours pendant laquelle vous avez vos règles n’est en réalité pas nécessaire. Ne pas la respecter n’aura aucune conséquence sur votre santé. […] c’est désormais officiel: il n’existe pas de contre-indication à prendre la pilule en continu. […]

Arrêter ses règles hormonalement semble aller à contre-courant d’une certaine culture féministe. Nicola Davis, journaliste au Guardian, met les choses au clair: il est essentiel de lever le tabou sur les règles, de les afficher fièrement comme la coureuse Kiran Ghandi ou de rendre les protections plus accessibles pour lutter contre la précarité menstruelle. Ces actions ne font pas pour autant oublier la douleur, les ballonnements, les migraines voire l’endométriose, maladie chronique qui, rappelons-le, touche une femme sur dix.

Non, vouloir arrêter vos règles ne fera pas de vous quelqu’un de moins féministe qu’avant. C’est en tout cas ce que nous raconte un article du Guardian repéré par Slate

À lire le plus rapidement possible sur le site de Slate.


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE