culture

Art

Zehra Dogan, l'artiste et militante féministe kurde que personne ne peut faire taire

Zehra Dogan © Refik Tekin


En association avec la revue Censored, nous avons interrogé l’artiste kurde Zehra Dogan sur les liens entre sa créativité et son militantisme. 

Emprisonnée pendant deux ans en Turquie pour avoir réalisé un dessin qui dénonçait les violences de l’armée turque, la journaliste et artiste kurde Zehra Dogan vient de publier Nous aurons aussi de beaux jours (éditions Des Femmes – Antoinette Fouque). Un journal de bord épistolaire où la militante féministe s’adresse à son amie Naz Oke, journaliste basée en France, pour lui raconter son quotidien en prison et l’esprit de résistance qui anime ses codétenues. Soutenue par Banksy ou Ai Weiwei lorsqu’elle était derrière les barreaux, Zehra Dogan est enfin libre et nous éclaire sur son combat.

Cheveux, sang de règles, café ou concentré de tomates: même privée de son matériel de dessin lorsqu’elle était emprisonnée, Zehra Dogan a toujours continué à s’exprimer coûte que coûte avec ce qu’elle avait sous la main.

Cette interview, réalisée simultanément pour Cheek et le magazine Censored, est à retrouver en version imprimée dans le dernier numéro de cette revue féministe qu’on vous présentait il y a quelques semaines. Cette édition exceptionnelle, réalisée à la main, tirée en édition ultra-limitée à 30 exemplaires et baptisée Women to the Front en hommage au groupe Bikini Kill et au mouvement Riot Grrrl, est dédiée “aux femmes qui partent au front avec leur parole et leur stylo”, dixit Clémentine Labrosse, cofondatrice de Censored. Parole, stylo, mais aussi cheveux, sang de règles, café ou concentré de tomates: même privée de son matériel de dessin lorsqu’elle était emprisonnée, Zehra Dogan a toujours continué à s’exprimer coûte que coûte avec ce qu’elle avait sous la main. Entretien.

 

Créativité et militantisme ont-ils toujours été indissociables pour toi?

Absolument. Ils ont toujours été inséparables. Que ce soit en tant que femme, journaliste ou artiste, je me nourris de la lutte, de la résistance. Dans toutes mes créations, on retrouve inévitablement la trace de ce qui me nourrit.

Tu as été emprisonnée pour avoir -entre autres- réalisé une œuvre représentant la ville de Nusaybin ravagée par l’armée Turque. Connaissais-tu le risque que tu encourais quand tu as fait ce dessin?

Bien sûr. J’étais parfaitement consciente que je prenais des risques. Au moment où je dessinais la ville de Nusaybin détruite, j’étais déjà recherchée par la police. J’étais sur place… C’était une période où les bombes explosaient sur nos têtes. Je n’ai pas pu sortir de la maison où je m’abritais, pendant cinq mois. Voilà dans quelles conditions j’ai fait ce dessin numérique. 

Quelle place la colère occupe-t-elle dans ton travail? 

La colère est omniprésente dans mes oeuvres, tout comme la lutte. Je suis en colère, oui. Je suis en colère contre l’Etat, contre tout ce qui a été fait. Ma colère s’exprime à travers mon travail.

“Les femmes de tous les continents sont opprimées, rendues invisibles, anéanties, d’une façon ou autre.”

Qu’est-ce que la femme kurde que tu es a envie de transmettre aux femmes occidentales qui te liront? Qu’avons-nous à apprendre de vous?

Les femmes kurdes combattent en ce moment contre la guerre. Elles essayent de construire une vie, centrée sur la femme. Elles essayent d’anéantir le langage patriarcal et veulent bâtir un modèle de vie hors genre et anti sexiste qui se base sur la liberté, l’égalité. Tout en menant notre combat, à toutes les occasions, nous exprimons cela. C’est pour cette raison que la “jinéologie” [Ndlr – la “science des femmes”, une approche du féminisme conceptualisée par les femmes kurdes] est très importante pour nous. Nous voulons partager avec toutes les femmes du monde nos propres réflexions, expériences et expérimentations, et nous enrichir réciproquement.

Qu’est-ce qui nous rassemble et comment pouvons-nous lutter et résister ensemble?

Les femmes de tous les continents sont opprimées, rendues invisibles, anéanties, d’une façon ou autre. Il ne s’agit pas seulement des femmes du Moyen-Orient, mais aussi de celles d’Europe, d’Amérique, d’Afrique… Certaines sont écrasées par la violence brute, d’autres par des politiques libérales sournoises. Ici, en Europe, les femmes subissent une violence invisible. En tant que femmes, nous avons beaucoup de choses à apprendre mutuellement, où que nous soyons. Nous devons nous unir, sous un même toit, ainsi nous pourrons mener nos luttes avec une plus grande force. Nous avons besoin les unes des autres. 

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski, avec l’aide précieuse et la traduction de Naz Oke.


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE