culture

Ecrans

Du jeu et du caractère: ces actrices qui renouvellent petits et grands écrans

Lashana Lynch dans “Captain Marvel”, DR


Elles possèdent la fougue des débutantes mais la sagesse de vieilles âmes: par leur jeu comme par leur volonté d’indépendance, ces cinq actrices vont faire parler d’elle en 2021.

Des Américaines Zendaya et Lashana Lynch, qui incarnera une espionne aux côtés de Daniel Craig dans le prochain James Bond, Mourir peut bien attendre, à la Marseillaise Kenza Fortas, tour d’horizon des actrices qui incarnent le renouveau du cinéma et des séries. 

 

Zendaya

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Zendaya (@zendaya)

Dans la langue principale du Zimbabwe, le shona, Zendaya signifie “rendre grâce”. C’est pour dire les grands espoirs que ses parents ont placé en elle… Sa mère enseigne le théâtre, son père le sport. Né Coleman, celui-ci a pris le nom d’Abamu afin d’enterrer les stigmates de l’esclavage subi par ses aïeux. Le divertissement n’exclut pas l’engagement: Zendaya l’a bien compris et, depuis toute petite, court les castings. Après avoir joué dans des séries Disney, participé au Danse avec les stars américain, puis avoir tâté du grand écran avec Spider-Man, c’est la série de HBO Euphoria qui la confirme dans le rôle de Rue Bennett. Elle s’y montre beaucoup moins lisse que ses contrats publicitaires laisseraient entendre… Végétarienne, supportrice du mouvement Black Lives Matters, donatrice pour des organisations en faveur des enfants d’Haïti, l’actrice de 24 ans veut représenter une nouvelle forme d’empowerment afroféminin. Sa prochaine étape sera au cinéma, pour Dune, le remake de Denis Villeneuve.

 

Nadia Tereszkiewicz  

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Nadia Tereszkiewicz (@nadiatereszkiewicz)

Née en France il y a 24 ans d’une mère finlandaise et d’un père aux origines polonaises, cette ancienne ballerine a débuté comme figurante dans La Danseuse de Stéphanie di Giusto avant d’obtenir des rôles plus conséquents chez Roshdy Zem et Dominik Moll. Et puis il y a eu cette série de Canal +, Possessions, où, malgré peu de dialogues, elle impose un magnétisme un peu étrange, celle d’un personnage en proie à la folie. Par ses longues années de danse, cette adepte de la technique Gaga (imaginée par l’iconoclaste chorégraphe israélien Ohad Naharin) réussit à exprimer le ressenti d’un personnage par sa gestuelle. Ce qui lui vaut d’enchaîner les tournages: on n’a pas fini de voir cette actrice dont le physique de jolie poupée peut s’avérer trompeur. En effet, riche de plusieurs origines et attentive aux spiritualités d’ailleurs, Nadia souhaite garder la main sur tous ses projets. On a hâte de découvrir ses prochains films, tournés par Monia Chokri, Fabienne Berthaud ou encore Robin Campillo. 

 

Eliza Scanlen 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Eliza Scanlen Updates🥀 (@scanlenupdates)

Dans le bouleversant Milla, de Shannon Murphy, elle incarne une ado en phase terminale qui tombe un jour follement amoureuse d’un jeune SDF absolument pas recommandable. Et l’impose à ses parents pour le moins déconcertés… Très fort, ce rôle est prometteur quant à la suite. Cette jeune Australienne n’est pourtant pas une débutante: remarquée dans la série Sharp Objects, aux côtés d’Amy Adams, elle incarne Beth dans Les Filles du Docteur March de Greta Gerwig. Travailler avec des femmes lui tient à cœur, elle qui a déjà réalisé en loucedé un court-métrage et qui compte bien, comme toutes ses déclarations à la presse l’affirment, déjouer les nœuds du patriarcat afin que les réalisatrices et actrices puissent accéder à la même reconnaissance que leurs homologues masculins.

 

Souheila Yacoub

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Souheila Yacoub (@souheila.yacoub)

Née en Suisse d’une mère belge et d’un père tunisien, elle s’illustre d’abord dans la gymnastique rythmique, en tant que membre de l’équipe nationale… qui sera éliminée des sélections des Jeux Olympiques de 2012, après bien des sacrifices. Souheila Yacoub part étudier la comédie au Cours Florent, et, très vite, joue au théâtre, notamment sous la direction du célèbre metteur en scène Wajdi Mouawad, qui lui rappelle l’importance du verbe comme de ses racines arabes. C’est dans Climax, de Gaspar Noé, qu’elle irradie l’écran en incarnant une des danseuses malmenées de cette troupe de danseurs drogués à leur insu, ou presque. De quoi faire ses armes! Depuis, on l’a vue chez Rebecca Zlotowski (Les Sauvages) et Philippe Garrel (Le Sel des larmes), où force est de constater qu’elle peut se rendre aussi antipathique qu’attachante. Actuellement, elle brille dans la série No Man’s Land, dans le rôle d’une combattante kurde où, une fois encore, son aisance corporelle s’impose.

 

Kenza Fortas

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Kenza Fortas Officiel (@fortaskenzaofficiel)

Certes, à tout juste 20 ans, ce n’est plus une débutante: du jour au lendemain, sa prestation dans Shéhérazade lui a valu le César de la révélation féminine en 2019. Elle avait été repérée par le réalisateur, Jean-Bernard Marlin, qui avouera plus tard avoir été épuisé par un tournage rendu ingérable par le couple qu’elle formait avec Dylan Robert. Aucun avenir ne semblait cependant s’ouvrir à cette jeune fille élevée par une mère célibataire dans les quartiers les plus défavorisés de Marseille. Ville qu’elle retrouve pour Bac Nord, de Cédric Jimenez, où elle épate par l’épure de son jeu. Pas facile d’incarner une indic’ des flics accro à l’herbe sans tomber dans le cliché, et pourtant, elle y parvient haut la main… Naturellement badass et peu disposée à renoncer à son accent du sud, Kenza Fortas porte bien son nom de famille mais sait aussi montrer toute la douceur dont elle est capable. Un jeu paradoxal dont on a hâte de voir l’évolution.

 

Lashana Lynch

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Lashana Lynch (@lashanalynch)

On ne pouvait terminer ce tour de piste sans la doyenne de la sélection, 33 ans, encore rookie sur les plateaux de cinéma mais qui fait déjà couler beaucoup d’encre. En effet, les misogyno-racistes s’en sont donné à cœur joie en apprenant qu’elle allait non pas être une simple James Bond girl dévouée à séduire le célèbre agent, mais une espionne digne de ce nom aux côtés de Daniel Craig dans Mourir peut bien attendre -merci Phoebe Waller-Bridge, nouvelle recrue de l’équipe scénaristique. D’autant que son nom était inconnu du grand public. D’origine jamaïcaine, cette Londonienne a d’abord joué dans la sitcom anglaise Crims, puis dans Still Star-Crossed, une mini-série créée par Shonda Rhimes avant de révéler un jeu tout en pugnacité dans Captain Marvel, en 2019. Dans le prochain James Bond, elle hérite donc du matricule 007. Ça passe ou ça casse. Connaissant la personnalité bien trempée de Lashana Lynch, on se doute qu’elle va jouer sur les deux tableaux…

Sophie Rosemont


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE