culture

Livres

7 essais féministes pour agir depuis chez soi

Extrait du film “Mandy”, DR


Si vous cherchez de bonnes ressources pour passer à l’action même en étant confinées, suivez le guide!

Si ce début d’année vous donne envie de baisser les bras, pas de panique! Nous avons sélectionné quelques essais enthousiasmants et fraîchement publiés qui explorent des pistes de réflexion concrètes pour s’engager au quotidien dans la lutte féministe. D’un petit manuel de rébellion à une ode à l’échec, en passant par un classique mis à jour, vous aurez de quoi canaliser votre colère et repartir du bon pied!

 

Notre corps, nous-mêmes, ouvrage collectif (éditions Hors d’atteinte)

notre corps nous mêmes

Résumé: L’histoire de ce livre en elle-même est un appel à l’engagement et à la réappropriation de nos récits et de nos corps. Il a été publié pour la première fois en 1969 aux États-Unis avant d’être traduit en français en 1977. Aujourd’hui, il paraît dans une édition entièrement revue et augmentée par un collectif de neuf femmes de tous horizons. Notre corps, nous-même est une œuvre extrêmement précise et complète qui mêle témoignages de femmes et paragraphes informatifs et revient sur différents aspects de l’existence: rapport au corps, à la sexualité, au travail, à la maladie, à la grossesse, à l’éducation… De la naissance à la mort, toutes les périodes de la vie sont traitées.

Ce qu’on a aimé: Le principal intérêt de cet ouvrage très érudit est son côté accessible. Chaque question est traitée avec une grande pédagogie et beaucoup de ressources pratiques. Les nombreux témoignages de femmes donnent une forte impression de sororité et de partage des savoirs et rendent la lecture personnelle et stimulante. Que vous vous posiez des questions sur l’auto-exploration de votre sexe, sur l’orgasme ou sur l’accouchement, vous pouvez être sûre de trouver la réponse entre les pages de cette petite bible. Notre corps, nous-même a évolué avec le temps et cette nouvelle version fait bien attention à être inclusive. Ce manuel nous donne à entendre la voix de femmes LBTQ, de femmes racisées, de femmes en situation de handicap, de femmes précaires… Une vision inclusive du féminisme qui donne envie de prôner au quotidien le rassemblement et le partage des savoirs.

Ouvrage réactualisé par un collectif de femmes composé de: Mathilde Blézat, Naïké Desquesnes, Mounia El Kotni, Nina Faure, Nathy Fofana, Hélène de Gunzbourg, Marie Hermann, Nana Kinski, Yéléna Perret.

 

Clit Révolution, Manuel d’activisme féministe, de Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles (Des Femmes)

clit revolution manuel d'activisme

Résumé: Activistes chevronnées notamment au sein de Femen, mais aussi journalistes et réalisatrices militantes à l’origine de la série documentaire Clit Révolution!, qui explore les sujets liés à la sexualité féminine à travers le monde, Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles partagent ce qu’elles ont acquis sur le terrain dans un ouvrage tourné vers la sororité et la transmission. C’est à force de croiser, sur les réseaux sociaux, des jeunes femmes désireuses de s’engager et ne sachant par où commencer, que les deux autrices ont eu l’idée de ce guide pratique qui devrait aider toutes les femmes en quête d’action, même les plus jeunes, à prendre les armes à leur échelle et à leur manière.

Ce qu’on a aimé: Enrichi des belles illustrations d’Alice Des, ce manuel d’activisme est tout simplement LA bible de celles qui veulent agir. Persuadées -à juste titre- que les inégalités et donc l’envie d’en découdre commencent dès le plus jeune âge, Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles ont adopté un ton qui parlera aussi bien aux trentenaires qu’aux collégiennes. Et parce qu’“on peut être féministe en étant drôle et punk”, comme elles le disent, cet ouvrage se veut aussi ludique qu’irrévérencieux. Ultra-pratique, on peut le feuilleter selon ses besoins ou ses envies, et y glaner conseils, noms de collectifs à rejoindre ou tutos engagés, comme le “tuto pour bloquer un lycée” ou le “tuto collage d’affiches”. Et pour celles qui veulent agir sans bouger de chez elles, on y trouve aussi plein d’actions à mener sur les réseaux sociaux. Indispensable en tout temps, même en période de confinement. 

 

Le Sexisme, une affaire d’hommes, de Valérie Rey-Robert (éditions Libertalia)

Le sexisme une affaire d'hommes valérie rey robert

Résumé: Après la parution d’Une culture du viol à la française, l’autrice Valérie Rey-Robert (connue pour son blog Crêpe Georgette) a fait un constat: il n’y avait que très peu d’hommes aux rencontres organisées autour de son livre. Pourquoi les hommes se sentent-ils aussi peu investis? Dans ce nouvel essai, l’autrice s’intéresse donc à la virilité: la manière dont elle se construit dès l’école, la culture qu’elle impose à l’échelle de la société et la manière dont on pourrait -enfin- en sortir.

Ce qu’on a aimé:On a souvent tendance à parler de ‘violences faites aux femmes’ en oubliant les auteurs de ces violences”, écrit Valérie Rey-Robert. Pendant plus de 200 pages, elle décortique avec des exemples issus de la sociologie, de ses cercles amicaux, de la pop culture ou de la vie politique le culte de la virilité. Des blagues sur le viol au silence des alliés en passant par la rhétorique masculiniste, chaque réflexion démonte les rouages du système patriarcal. Son livre va bien plus loin que l’analyse et il offre des points très concrets pour répondre aux hommes qui croient au “sexisme inversé”. L’autrice pulvérise ainsi le fameux #NotAllMen que toutes les féministes ont déjà entendu au moins une fois et qui permet à un homme bien sous tous rapports de dire que le problème vient des autres. Les femmes ont-elles systématiquement la garde des enfants? La masculinité est-elle “en crise”? Le hashtag #MeToo a-t-il lancé une guerre contre les hommes? En refermant cet essai, vous aurez de quoi argumenter sur toutes ces questions et vous pourrez montrer que le culte de la virilité engendre un système néfaste qui a des conséquences très réelles sur les femmes. À lire puis à offrir à tous les hommes autour de vous.

 

Rebellez-vous!, de Marie Laguerre et Laurène Daycard (éditions Iconoclaste)

rebellez-vous marie laguerre

Résumé: Le 24 juillet 2018, Marie Laguerre est agressée dans la rue par un homme. Encore sous le choc, elle récupère la vidéo de surveillance qui montre la violence de la scène et la poste sur son fil Facebook. Très rapidement, les images tournent et deviennent le symbole de la colère des femmes sur le harcèlement de rue. À seulement 22 ans, Marie Laguerre se retrouve dans une tempête médiatique qui la dépasse et qu’elle raconte en détails dans cet ouvrage écrit avec la journaliste Laurène Daycard. Elle décrit surtout comment cette soirée a mis le feu aux poudres et l’a encouragée à ne plus se taire et à s’engager.

Ce qu’on a aimé: Rebellez-vous! est le récit d’un éveil féministe. Marie Laguerre raconte les moqueries, les agressions sexuelles, les injonctions des magazines féminins, les boy’s club dans son école d’ingénieur, le slut shaming, #metoo… Tous les événements de sa vie qui l’ont menée, le 24 juillet 2018, à agir en répondant à cet homme dans la rue. Parce qu’elle n’en pouvait plus. Avec ce livre, Marie Laguerre et Laurène Daycard veulent surtout pousser les femmes, mais aussi les hommes, à agir en leur offrant toutes les clés pour transformer leurs convictions en actions. Rebellez-vous! inclut un manifeste de “tolérance zéro envers le sexisme”, des conseils précieux pour savoir comment agir si l’on est agressée ou si l’on témoigne d’une agression, des adresses et ressources à consulter pour s’informer, des outils contre le cyber-harcèlement… Un ouvrage pratique et fort à avoir toujours sous la main.

 

Fille-garçon, même éducation, guide pour une parentalité féministe de 0 à 3 ans, de Pihla Hintikka et Elisa Rigoulet (Marabout)

Filles garçons même éducation

Résumé:L’appréhension du genre commence bien plus tôt qu’on ne l’imagine, dès la fréquentation de la crèche.” Si cette affirmation est loin de constituer l’unique point de départ de ce “guide pour une parentalité féministe”, qui aborde la plupart des questions liées à l’arrivée d’un enfant sans se préoccuper du genre de ce dernier -pas de différence entre l’éducation des garçons et celle des filles, c’est tout l’enjeu de cet ouvrage!-, les deux autrices restent toujours sur le qui-vive pour débusquer les inégalités de genre qui se nichent partout. Dans les réflexes éducatifs donc, mais aussi dans le partage des tâches quotidiennes inhérentes à l’accueil d’un bébé. Un guide très complet, qui couvre aussi bien des sujets tels que le congé paternel, la dépression post-partum, l’allaitement ou la vie sexuelle post-accouchement. Le Pernoud des millenials, en somme.

Ce qu’on a aimé: Sérieux et documenté, le livre de Pihla Hintikka et Elisa Rigoulet (qui avaient déjà signé le Guide féministe de la grossesse) n’en joue pas moins la carte de la proximité avec ses lecteur·rice·s. Entre les textes qui analysent les grandes tendances sur l’éducation des enfants, les autrices n’hésitent pas à prendre la plume à la première personne pour partager leur expérience de maman. Vivant et direct, ce guide qui opte pour le tutoiement est un peu la copine / le copain sur lequel s’appuyer en cas de doute, de coup de blues ou de question de base. Une des deux autrices étant née en Finlande, le livre met aussi en lumière les nombreuses variations culturelles en matière d’éducation et de parentalité observées d’un pays à l’autre. Bref, un ouvrage tout sauf dogmatique, qui aide à prendre du recul et à effectuer nos choix sereinement. 

 

L’Art d’échouer, d’Elizabeth Day (éditions Belfond)

l'art d'échouer elizabeth day

Résumé: En octobre 2017, la journaliste Elizabeth Day lance son podcast How to fail with Elizabeth Day (“Comment échouer avec Elizabeth Day”). Elle est à un moment de sa vie où elle se sent elle-même en échec: elle a divorcé deux ans plus tôt, elle n’a pas d’enfants alors qu’elle rêvait d’en avoir, et son travail de journaliste semble stagner. Alors qu’elle n’en attend pas grand-chose, son podcast est un énorme succès. Ses auditeurs·trices trouvent du réconfort dans ces histoires d’échecs personnels et professionnels. La journaliste en a tiré un essai très détaillé dans lequel elle raconte tous les domaines où elle a déjà échoué (en amour, au travail, en amitié, à l’école…) tout en faisant entendre la voix de quelques un·e·s de ses illustres invité·e·s (comme Phoebe Waller-Bridge).

Ce qu’on a aimé: Plus qu’un énième livre de développement personnel, l’essai d’Elizabeth Day est un appel à relativiser ses échecs et à remettre en question ce que la société attend des hommes mais surtout des femmes. La journaliste explique avec beaucoup d’honnêteté que comme beaucoup d’autres, elle s’est souvent sentie obligée de dire oui, qu’elle s’est laissée disparaître dans ses relations, qu’elle n’a pas su assumer sa colère et poser ses limites… Derrière chacun de ses échecs se cache un appel à plus de bienveillance et de lâcher-prise. L’intime est pour elle politique et sa voix n’est jamais aussi forte que quand elle appelle à déconstruire ce que l’on attend des femmes: la maternité, une relation stable, une amabilité de façade, une apparence toujours soignée… Cette ribambelle d’échecs qui n’en sont pas vraiment s’avère particulièrement cathartique.

Traduit de l’anglais par Maxime Berrée

 

Manifeste d’une femme trans, de Julia Serano (éditions Cambourakis)

manifeste femme trans julia serano

Résumé: Écrit en 2004 et traduit une première fois par Noémie Grunenwald en 2014, Manifeste d’une femme trans paraît pour la première fois dans la toujours pertinente collection Sorcières aux éditions Cambourakis. L’autrice, biologiste de formation, analyse dans ces chapitres son expérience de femme trans: l’obsession du “passing”, son rapport au milieu médical, le privilège des femmes “cissexuelles”, la transphobie…

Ce qu’on a aimé: Comme le précise Noémie Grunenwald dans son introduction, il existe très peu d’écrits publiés en France sur le sujet, en dehors des récits à la première personne et des publications scientifiques. Le texte de Julia Serano part de son expérience personnelle pour théoriser le sexisme dont souffrent les femmes trans. Elle déroule ainsi des réflexions passionnantes sur la transphobie de certains milieux féministes, sur les incohérences du milieu médical, sur les terminologies des universitaires, sur la vision des femmes trans dans la pop culture… Dans son introduction, la traductrice note que certaines de ses réflexions paraissent aujourd’hui essentialistes ou en désaccord avec une vision plus actuelle du féminisme. Reste que Julia Serano reconstitue avec beaucoup d’intelligence son identité de genre qu’elle voit elle-même comme un “puzzle”. Espérons que cet essai passionnant ne soit que le premier d’une longue liste de publications à venir sur le sujet.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Noémie Grunenwald

Pauline Le Gall, avec Faustine Kopiejwski 


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE