culture

Festival

5 temps forts à ne pas manquer au festival Loud & Proud

© Boris Camaca


De retour à la Gaîté Lyrique du 4 au 7 juillet, le festival queer Loud & Proud affiche une programmation riche et inclusive. 5 temps forts à ne pas manquer.

Joyeux, engagé et foncièrement libre, l’indispensable festival des cultures queer Loud & Proud revient à la Gaîté lyrique de Paris pour sa troisième édition, qui se tiendra du 4 au 7 juillet. L’événement “bruyant et fier” tient toutes ses promesses avec une programmation tapageuse et militante, qui multiplie les identités et défriche autant les talents que la société de demain, sans pour autant oublier son profond ancrage historique. Avec certains segments accessibles gratuitement ou à tarif modique, et une impressionnante variété de dispositifs (concerts, projections, performances, ateliers, conférences, ball voguing…), Loud & Proud se veut inclusif jusqu’au bout. Et cela aussi, mérite d’être célébré. Même si cette affiche riche vaut d’être appréhendée dans son ensemble -sa force réside beaucoup dans sa diversité-, on a choisi 5 temps forts pour vous donner envie d’en savoir plus. 

 

Béatrice Dalle & Virginie Despentes lisent Pasolini 

Béatrice Dalle Virginie Despentes Zero Loud & Proud

Quoi? Les deux figures les plus punk de la littérature et du cinéma français s’unissent sur scène le temps d’un duo forcément intense et surpuissant. Béatrice Dalle et Virginie Despentes, portées par leur feu intérieur et l’énergie du groupe post-punk ZËRO, liront des extraits de l’œuvre littéraire de Pier Paolo Pasolini. Plus qu’un hommage, une résurrection pour cet écrivain et cinéaste engagé qui, 44 ans après son assassinat, revivra sous les traits de ces porte-voix idéales et cannibales. 

Quand? Jeudi 4 juillet à 19h. 

 

Le Kiki Ball voguing 

Gaelle Matata Loud Proud

© Gaëlle Matata

Quoi? Si vous n’avez jamais mis les pieds dans un ball voguing, il faut y remédier de toute urgence. Ces bals queer et inclusifs, nés dans la communauté homosexuelle et afro-américaine de Harlem et qui ont explosé dans les années 80 -merci Madonna et son tube Vogue-, ont trouvé en Paris une capitale idéale pour se perpétuer. On y cultive la créativité, la liberté et l’exubérance, sans oublier un féroce esprit de compétition qui rend les battles de danse réellement spectaculaires. Surtout, on y joue avec les codes du genre pour mieux les exploser. “Loud & Proud 2019 souhaitait un dimanche tout en flamboyance pour se quitter avec des paillettes plein les yeux”, explique le communiqué de presse. Et de la beauté plein la tête, a-t-on envie d’ajouter. 

Quand? Dimanche 7 juillet à 15h30. 

 

La projection de Seahorse 

Quoi? Chez l’hippocampe (“seahorse” en anglais), c’est le mâle qui assure la gestation. Empruntant son nom à ce petit poisson exemplaire, le documentaire Seahorse de Jeanie Finley, dévoilé au Tribeca Film Festival 2019, montre le parcours d’un homme trans qui décide de porter son premier enfant. Entre défis physiques et sociaux, ce film sensible et pudique qui suit le parcours de Freddy, 30 ans, challenge toutes les idées préconçues sur le genre et la famille. Troublant. 

Quand? Dimanche 7 juillet à 14h15. 

 

L’atelier de sérigraphie féministe

Serigraphie loud and proud

DR

Quoi? Parce que les visuels et les slogans ont toujours joué un rôle indispensable dans le combat féministe, cet atelier de sérigraphie encouragera autant votre militantisme que votre créativité. Le collectif La Rage, qui animera ce workshop, vous transmettra l’art de cette technique d’impression artisanale pour que vous laissiez libre cours à vos idées les plus folles et les plus fortes. Jusqu’à créer, qui sait, la nouvelle Rosie The Riveter

Quand? Samedi 6 juillet à 15h30. 

 

Devenir Lesbienne, le tuto sonore 

tuto devenir lesbienne loud and proud

Quoi? Les lesbiennes sont multiples, complexes, parfois un peu paumées et il y en a même qui s’ignorent. Au micro et à l’abri des regards, viens raconter comment, grâce à quoi ou à l’aide de qui tu t’es révélée à toi-même, mais aussi au monde entier.” Dans ce cabinet d’enregistrement imaginé par le collectif Archives LGBTQI, les lesbiennes se racontent en toute intimité. Questionnements, conseils ou confessions seront autant de matière pour transmettre la petite et la grande histoire de l’homosexualité féminine. 

Quand? Samedi 18 juillet de 14h30 à 18h30, en accès libre. 

Faustine Kopiejwski 


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE