cheek_societe_banniere_haut_mobile_5
société

Pourquoi le mouvement #MeToo explose en Chine

Capture d'écran, France24


Malgré tous les efforts du gouvernement chinois pour réduire au silence le mouvement #MeToo, celui-ci connaît un succès grandissant dans le pays de Xi Jinping ces derniers mois.

#RiceBunny. En mandarin, ces deux mots se prononcent “mi tu”. Les utilisateurs du réseau social chinois Weibo ont détourné le hasthag #MeToo dans le but d’échapper à la censure du gouvernement. Pour cause, en janvier 2018, toutes les publications contenant“#MeTooInChina” ont été supprimées. L’objectif reste le même: dénoncer les actes de harcèlement sexuel. Depuis quelques mois, les témoignages publiés sur la plateforme affluent. Plus de deux millions de personnes ont ainsi visité la page consacrée à ces discussions sur Weibo.

logo inrocks

 

Un premier témoignage public et signé

Si le mouvement a rapidement été suivi aux États-Unis et en Europe, la Chine fait, elle, face à de nombreux obstacles. Le harcèlement sexuel, le viol, et le sexe en général sont des sujets tabous dans cette société conservatrice. De plus, les mouvements féministes sont souvent la cible des autorités et la censure guette chaque internaute. “Afin de maintenir la stabilité sociale, le gouvernement réglemente et censure de manière stricte les médias et l’opinion publique, tout en sévissant contre les campagnes contre harcèlement sexuel menées par des organisations non gouvernementales. Il n’y a pas beaucoup de place pour que tout le monde puisse faire quelque choseaffirme Melody Lin, membre du collectif Feminist Voices. Un groupe actif en ligne luttant pour le droit des femmes et l’égalité des sexes. Celui-ci rassemblait plus de 250 000 abonnés sur Weibo. Le compte a été fermé en mars dernier pour “violation des règlement”et “diffusion de contenus sensibles”.

Même s’il y a encore trop de personnes qui blâment et remettent en question les victimes, les témoignages des femmes commencent à être entendus, au lieu d’être ignorés.

En janvier 2018, pour la première fois, une jeune femme a témoigné publiquement avec son vrai nom des abus sexuels qu’elle a subis. Luo Xixi, a accusé l’un de ses professeurs, Chen Xiaowu, de l’avoir agressée sexuellement lorsqu’elle était étudiante à l’université de Beihang à Pékin. Un message publié sur Weibo accompagné du hashtag #MeToo. Celui-ci devient viral et il est considéré comme l’événement déclencheur du mouvement #MeToo en Chine. “Depuis le rapport de Luo Xixi, de plus en plus de femmes ont osé raconter leur histoire. Même s’il y a encore trop de personnes qui blâment et remettent en question les victimes, les témoignages des femmes commencent à être entendus, au lieu d’être ignorés”, remarque Melody Lin. Le journal britannique The Guardian rapporte ainsi qu’un magazine chinois demandant à ses lecteurs d’envoyer des témoignages a reçu plus de 1 700 messages en moins de 24 heures. Le quotidien relate également qu’un avocat offrant des conseils juridiques gratuits aux victimes a été submergé de demandes, plus d’une trentaine par jour.

 

37 jours de détention pour une campagne de sensibilisation

Les campagnes contre le harcèlement sexuel en Chine n’ont toutefois pas attendu l’émergence du mouvement #MeToo pour voir le jour. Depuis 2009, de nombreuses manifestations et performances ont eu lieu, surtout dans deux endroits: les transports publics et les universités. En 2015, cinq féministes ont été arrêtées pour avoir distribué des stickers dans le métro pour sensibiliser au harcèlement sexuel lors de la Journée internationale des droits des femmes. Connues comme les “Feminist Five”, elles ont été relâchées après 37 jours de détention. “Le gouvernement n’aime aucune forme de mouvement civique, en particulier les activités de grande influence. Les actions féministes sont naturellement incluses. De plus, le féminisme vise essentiellement à remettre en question le patriarcat, à critiquer et à modifier la structure sociale injuste, ce que le gouvernement n’appuiera évidemment pas. Les militantes féministes sont donc inévitablement dans un état de répressioninforme l’activiste féministe.

Pour Wang Zheng, chercheuse à l’institut de recherches sur les femmes et le genre à l’Université du Michigan (USA) et auteure de plusieurs ouvrages sur le féminisme en Chine, si leur arrestation a généré beaucoup de peur, les “Feminist Five” ont néanmoins attiré l’attention du monde entier sur elles et sur leurs revendications. Plus de deux millions de personnes ont réclamé leur libération.“Cela a également permis d’inspirer d’autres jeunes femmes et le féminisme était dès lors un sujet dont on parlait sur internet. La répression n’a pas réussi à enterrer les revendications féministes, au contrairesoutient cette dernière.

 

Plus de 50% des étudiant·e·s sont des femmes

En 2014, une étudiante a dénoncé en ligne et de manière anonyme les abus sexuels qu’elle a subis de l’un de ses professeurs. D’autres élèves ont également exposés des cas similaires par la suite. Plusieurs manifestations ont eu lieu dans les universités. “Les organisations féministes ont demandé que des mesures soient prises pour lutter contre ce phénomène dans les universités chinoises et ont lancé des pétitions. Cela a généré une grande attention publique.” L’université a suspendu le professeur en question pour un an. L’année suivante, il a repris ses fonctions.

Encore beaucoup d’étudiantes n’osent pas dénoncer les agressions car elles ont peur d’être renvoyées de leur université

Depuis 2012, plus de la moitié des étudiant·e·s dans les universités sont des femmes. “Cela est dû au développement économique et à l’expansion des universités. Un très important nombre de jeunes femmes ont reçu une éducation supérieure. Une situation sans précédent, liée à la politique de l’enfant unique (Ndlr: abolie en 2015). Depuis cette loi, peu importe le sexe, les parents vont tout miser sur leur enfant. Auparavant, quand les parents avaient plusieurs enfants, les filles étaient sacrifiées pour laisser les garçons à l’université”, précise Wang Zheng Pour la spécialiste du féminisme en Chine, ceci explique d’une manière sociologique l’augmentation des mouvements féministes de la part des jeunes femmes universitaires.

Néanmoins, encore beaucoup d’étudiantes n’osent pas dénoncer les agressions car elles ont peur d’être renvoyées de leur université, elles sont surveillées de près. C’est pourquoi les témoignages viennent généralement des alumnis. “Pour celles qui ont commencé un master ou un doctorat, il est difficile de partir de l’université et de s’inscrire ailleurs. Soit vous êtes soumises à ce qu’il vous arrive, soit vous abandonnez. C’est encore pire que dans le monde du travail, où il est plus aisé de pouvoir changer de boulot ou changer d’entreprise si votre directeur vous harcèle. C’est une situation très sérieuse en Chine aujourd’hui”, analyse Wang Zheng.

 

Bientôt une loi contre le harcèlement sexuel dans le code civil?

La libération de la parole n’est désormais plus restreinte aux universités en Chine. Ces dénonciations se sont étendues à d’autres milieux comme celui du divertissement ou des médias. “Tous les efforts et les protestations contre le harcèlement sexuel ont été initiés bien avant #MeToo. Bien évidemment, le mouvement #MeToo a généré encore plus d’attention au problème. Dorénavant, le problème du harcèlement sexuel est très présent dans le débat public”, positive la chercheuse à l’université de Michigan. Si le gouvernement continue de censurer et de surveiller ces mouvements, la vitalité du mouvement #MeToo tient aussi du fait qu’il n’est mené par aucune organisation et qu’aucun individu n’est à sa tête. “La police a estimé que tout le mouvement généré par le témoignage de Luo Xixi était organisé. Elle a donc voulu trouver le leader. La police cherche sans cesse à punir ou censurer les opinions dissidentes, à effrayer les femmes prenant part à ce genre d’action, celles qui défendent leur droit d’agir et de changer la société. Ce genre de comportement est inefficace, le gouvernement n’essaie pas de comprendre la situationsoulève Wang Zheng.

Cette problématique est également débattue au congrès. Le ministère de l’Education a annoncé fin août vouloir proposer une loi rendant illégal le harcèlement sexuel d’ici 2020. “C’est un petit pas en avant. Mais ce n’est pas assez. Les anciennes lois chinoises ont également mentionné l’‘interdiction du harcèlement sexuel’, mais il n’y a pas de détails spécifiques, et c’est vraiment difficile à mettre en œuvre. Nous avons donc besoin de lois et de règlements plus efficaces et plus réalisables pour lutter contre le harcèlement sexuelprévient Melody Lin. Celle-ci affirme: “À l’avenir, il y aura de plus en plus de discussions sur la création de dispositifs luttant contre le harcèlement sexuel. La sensibilisation du public au harcèlement sexuel reste un besoin urgent. Cela pourrait être un très long combat et nous sommes prêts.

Louise Hermant

Ce papier a été initialement publié sur le site des Inrocks.

logo inrocks


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_societe_banniere_bas_mobile_5