cheek_societe_banniere_haut_mobile_5
société

Podcast

Elle a lancé Melting Pot, un podcast dédié aux Français·e·s de double culture

© Julie Luongsi


À travers ses entretiens sonores, Mélanie Hong nous fait découvrir les visages de la France multiculturelle.

Si on avait dit à la Mélanie Hong étudiante qu’elle quitterait sa vie d’avocate pour produire des podcasts dédiés aux enfants d’immigrés, elle ne l’aurait probablement jamais cru elle-même. “J’ai toujours été la bonne élève, dit-elle. J’ai fait du droit parce que c’étaient de bonnes études, je me suis spécialisée en droit des affaires parce que c’était prestigieux, je suis devenue avocate parce que c’est ce qu’on nous conseille quand on est dans une filière juridique… et j’ai fini par me rendre compte que je m’ennuyais beaucoup.” C’était il y a deux ans. Mélanie Hong a alors 28 ans, travaille pour un grand cabinet international et celle qui a consacré son mémoire au bien-être au travail passe ses journées à faire des licenciements économiques. “J’ai démissionné et c’était le meilleur jour de ma vie, avec mon mariage peut-être. J’avais envie de danser sur mon bureau, c’était la première fois que je disais fuck à ce que j’avais toujours accepté pour faire tout bien comme il faut.”

Cette docilité, Mélanie Hong, la met sur le compte de son éducation d’enfant d’immigré·e·s. Sa mère est vietnamienne, son père est chinois, les deux sont nés au Laos et se sont rencontrés en France avant de divorcer quand elle avait deux ans. Élevée par un beau-père français, Mélanie Hong raconte qu’elle ne s’est jamais considérée comme asiatique, avant de se retrouver en stage à Canton à l’âge de 23 ans. Celle qui pensait qu’on la prendrait forcément pour une Française là-bas doit apprendre par cœur à dire en chinois qu’elle ne parle pas la langue pour répondre aux sollicitations du quotidien. Mélanie Hong prend alors conscience que son identité française est peut-être plus complexe et plus riche qu’elle ne le pensait.

Dans chaque épisode, la jeune femme interroge un·e Français·e né·e de parents étrangers qui lui raconte son parcours et son rapport avec sa double culture.

Quand, cinq ans plus tard, elle décide de changer de voie professionnelle, elle ne sait pas quelle direction choisir mais sent qu’elle veut aller vers des sujets qui ont du sens à ses yeux, comme l’écologie ou les relations humaines. C’est une période où les médias s’emparent de la question des migrants, d’une façon que la jeune femme juge caricaturale. “Les télés nous donnaient l’impression qu’ils allaient nous envahir, on ne les présentait jamais comme des humains, se souvient-elle. Je me suis demandé comment c’était possible de déshumaniser les gens comme ça et j’ai réfléchi à créer un podcast qui leur tendrait le micro. Cela s’est révélé plus compliqué à mettre en œuvre que prévu mais cela m’a conduit à Melting Pot: j’ai réalisé que je pouvais interroger des gens sur leur parcours une fois qu’ils étaient devenus français.”

Dans chaque épisode, la jeune femme interroge donc un·e Français·e né·e de parents étrangers qui lui raconte son parcours et son rapport avec sa double culture, qu’elle soit imprégnée d’Inde, de Maroc ou d’Italie. Une activité qui correspond enfin à ses aspirations profondes: un an après le lancement de son podcast, Mélanie Hong ne regrette pas d’avoir changé de trajectoire et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Interview.

Tu te souviens du jour où tu as mis en ligne ton premier épisode de Melting Pot?

Oui, c’était le 14 juillet 2018. Je savais que j’allais lancer le podcast en été, et je me suis dit autant choisir une date symbolique. Mon podcast célèbre la France telle qu’elle est, multiple.

Le jour où tu as compris que tu avais une double culture?

Aussi bizarre que cela puisse paraître, je ne me suis pas sentie asiatique avant de vivre en Chine et de comprendre que j’avais les traits d’une Chinoise. Là-bas, personne ne comprenait que je me sente française voire blanche. Mon premier mois à Canton a été très dur, je ne m’y sentais pas bien et ne faisais rien à part aller au boulot et rentrer chez moi directement. Puis, je me suis dit que je ne pouvais pas passer un semestre comme ça, et j’ai commencé à prendre des cours de chinois, à sortir. Je me suis rendu compte que j’adorais la Chine, et pas seulement la nourriture, comme je le croyais jusqu’alors.

Je voulais faire tomber les préjugés chez les personnes blanches qui ne connaissent pas les immigré·e·s.

Ce voyage a changé quoi à ton retour?

Pour la première fois, j’ai trouvé des Chinois beaux, j’ai arrêté d’associer tout ce qui était chinois à de la pauvreté et au parcours de mes parents. J’avais toujours rejeté mon physique, leur langue parce que je les associais à leur classe inférieure -ils étaient tous les deux caissiers à la RATP. J’ai compris plus tard que je n’étais pas la seule à faire ça, mais après avoir habité à Canton, j’ai eu pour la première fois de ma vie des références qui n’étaient pas seulement occidentales, et j’ai compris que la Chine était une énorme civilisation dont je n’avais pas à avoir honte. Je me suis d’ailleurs sentie très bien là-bas. Est-ce parce que je vivais comme une expatriée ou bien parce qu’il y avait quelque chose qui se reconnectait en moi ? Je ne sais pas.  

À qui s’adresse Melting Pot?

À toutes les personnes qui sont curieuses de ces trajectoires, sans que ce ne soit forcément les leurs. Au début, je voulais faire tomber les préjugés chez les personnes blanches qui ne connaissent pas les immigré·e·s, et je me suis rendu compte que les personnes qui écoutaient avaient généralement une double culture. Moi-même, je n’ai pas pensé au début que ça résonnait en moi. Mais dès les premières interviews, on a commencé à me poser des questions sur l’histoire de ma famille et j’ai compris que ça me touchait aussi. Les premières interviews que j’ai faites pour m’entraîner n’ont pas été diffusées, j’avais interrogé mes meilleures copines. J’ai réalisé qu’on n’avait jamais abordé certains sujets alors qu’on se connaissait depuis toujours, c’est comme ça que j’ai découvert que le père de l’une d’entre elles était arrivé du Congo dans la cale d’un bateau. Ce ne sont pas des sujets si faciles à aborder, mais, heureusement, ça change avec la jeune génération.

Est-ce que les jeunes assument mieux leur double culture?

Je dirais qu’il y a trois générations différentes. Celle qui est arrivée en France, quel que soit son âge et qui étais en mode “intègre-toi , ne dis rien, sois reconnaissant envers la France”. Je les comprends, ils ont vécu une histoire traumatisante d’exil et de déracinement et ont eu la chance de se retrouver dans un pays riche comme la France. Il y a ensuite la deuxième génération, celle qui est née ici. Je remarque que beaucoup ont rejeté leurs racines pendant longtemps avant de s’y reconnecter. Je remarque aussi que les personnes afrodescendantes sont souvent plus woke car elles ont été confrontées à des remarques racistes plus tôt. Enfin il y a la génération de mes petites sœurs, qui ont 16 et 18 ans, et qui sont beaucoup plus au fait de ces questions, notamment grâce aux réseaux sociaux.

Qui sont les personnes que tu interviewes pour ton podcast?

Il y a plusieurs types d’invité·e·s. D’abord des anonymes qui me racontent quel a été leur cheminement vis-à-vis de l’histoire de leurs parents et de leur identité française. Ensuite, il y a des parcours inspirants qui peuvent être des role models et offrir d’autre représentations aux enfants d’immigré·e·s, leur montrer que c’est possible de sortir de la voie sécurisante vers laquelle nous orientent souvent nos parents, pour aller dans des directions plus créatives. Enfin, je m’apprête à lancer des épisodes sur l’histoire des premières générations qui seront incarnés par nos aîné·e·s. C’est une façon de parler de la France, de la colonisation, de l’exil.

Quels ont été tes role models à toi?

Deux femmes qui m’ont montré que certains choix que je pensais impossibles l’étaient: Kee Yoon qui, en plus, était avocate comme moi avant de devenir humoriste et comédienne. Et Grace Ly, qui m’a fait prendre conscience que je pouvais faire autre chose.

L’épisode que tu rêverais de faire?

J’adorerais recevoir Christiane Taubira. Au-delà de la question des origines, son parcours et sa personnalité sont inspirantes. Jamel Debbouze aussi, il parle beaucoup de double culture avec ses enfants et sa femme Mélissa Theuriau.

J’ai reçu plus de femmes dans Melting Pot, peut-être parce que je suis une femme et qu’elles s’ouvrent plus facilement à cette question intime que sont nos origines.

Quels sont les retours sur le podcast?

Mon canal principal, c’est Instagram et ce sont surtout des femmes qui me font des retours, qu’elles soient afrodescendantes, asiatiques, maghrébines, elles se retrouvent  dans les mélanges de culture, et le rapport pas toujours simple avec leurs origines. J’ai reçu plus de femmes dans Melting Pot, peut-être parce que je suis une femme et qu’elles s’ouvrent plus facilement à cette question intime que sont nos origines. J’ai l’impression que les hommes ont un autre rapport à ces sujets, ceux que je reçois assument énormément leur sensibilité. Je crois que pour accepter de parler de tout ça, il faut avoir fait un peu d’introspection.

Comment vois-tu l’avenir pour Melting Pot?

 Au début, je voulais faire un média et proposer des articles en plus des podcasts. J’aurais voulu que Melting Pot soit le premier magazine qui traite des doubles cultures en général, et pas seulement d’une origine précise. Mais je suis seule dans ce projet et je ne peux pas tout faire, donc je me concentre sur mon podcast. Je viens d’en lancer un deuxième, Les Coulisses du podcast, qui va me permettre de vivre de cette activité: il s’agit d’un podcast pour apprendre à faire des podcasts et qui sera accompagné d’ateliers hebdomadaires. Ça me permettra de continuer Melting Pot comme mon projet de cœur: ces entretiens me permettent d’apprendre plein de choses et de faire des rencontres très intéressantes.

Propos recueillis par Myriam Levain

Les épisodes de Melting Pot sont à écouter ici et sur toutes les plateformes de podcasts.


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_societe_banniere_bas_mobile_5