cheek_societe_banniere_haut_mobile_5
société

Et si on n'avait plus jamais nos règles?

© annabelle shemer, Flickr Creative Commons


Tampons, serviettes hygiéniques, coupes menstruelles: et si nous balancions tout et décidions tout simplement de ne plus avoir nos règles? De plus en plus de femmes ont décidé de se soustraire à leur tyrannie. Explications.  

“Pour moi, c’est fini: plus de règles! C’est le kif, je n’y pense jamais!”. Après plus de vingt ans de cycles mensuels interrompus seulement par une grossesse, Louise, 41 ans, a décidé que cela suffisait. “Que j’aille à la mer à la piscine, au yoga… je n’ai pas besoin de me préoccuper de mes protections. Ça a changé ma sexualité, je me sens plus libre.”

Comme la plupart des femmes, Louise avait des règles abondantes, douloureuses, et tous les symptômes prémenstruels qui vont avec: boutons, maux de dos, ballonnements etc. Le combo classique. Un jour, elle tombe sur un article publié par le Dr Philippe Vignal. Le gynécologue-obstétricien y préconise d’interrompre purement et simplement les cycles menstruels inutiles. Il va même plus loin, et désigne les règles comme “un ennemi invisible”. Radical. Louise en “tombe de sa chaise”. “Pour moi, les règles, c’était un signe de bonne santé. J’avais cette idée que ‘c’est fait pour quelque chose’”. Mais le gynécologue est formel: “En dehors des périodes où une femme cherche à tomber enceinte, les règles ne servent à rien.” Il va plus loin: “Les règles et les cycles, aussi paradoxal que cela puisse paraître à des femmes modernes, sont contraires à l’état de nature. Pendant des millions d’années, et avant la révolution du contrôle des naissances, les femmes n’avaient que de rares cycles.”

 

Des cycles plus nombreux qu’avant

Dans son ouvrage L’enfer au féminin, le docteur Vignal relate les recherches effectuées par l’anthropologue américaine Beverly Strassman, en 1986, qui s’est installée chez les Dogons, une tribu du sud-est du Mali, pour observer leur mode de vie. À l’écart du village, se trouve une hutte appelée “la maison des femmes”. Ces dernières -considérées comme impures pendant cette période- y sont reléguées à chaque cycle de règles. Et contre toute attente, la hutte est quasi toujours vide. Ce qui s’explique aisément par le fait que, dès qu’elles sont en âge de procréer, les femmes Dogons alternent les grossesses avec de longues périodes d’allaitement (deux ans en moyenne) durant lesquelles elles n’ont pas leurs règles. Ainsi, entre la puberté et la ménopause, les femmes Dogons n’ont qu’une centaine de cycles et de règles.

En comparaison, dans nos sociétés occidentales, les femmes en ont plus de 450! “Le corps féminin n’est pas fait pour subir 450 cycles, assure le gynécologue. Comment pourrait-il résister à une telle surcharge de travail? La perte de sang a tendance à anémier la femme et à l’affaiblir. Perdre du sang n’est pas une ‘saignée’ vivifiante. Cette idée fondée sur la théorie médiévale des humeurs a vécu! Au contraire, les règles sont une perte d’énergie vitale.”

 

Règles ennemies

Pourtant, les femmes semblent tenir à leurs règles, comme à une preuve de leur fécondité, voire de leur féminité. C’est le cas de Céline, 43 ans: “Psychologiquement, j’ai besoin d’avoir mes règles. Certes, c’est un moment de fatigue, et j’avoue avoir parfois mal au ventre… Mais j’en ai besoin pour me sentir vraiment vivante et encore fertile. C’est comme si cela me lavait chaque mois. Cela rythme ma vie de femme”.

Pourtant, les menstruations posent des problèmes d’hygiène évidents. Non seulement le sang laisse des traces et une odeur souvent désagréable, mais il constitue aussi un excellent milieu de culture pour les microbes. L’usage d’un tampon hygiénique peut entraîner le gravissime syndrome du choc toxique dû à un développement d’un staphylocoque doré. Mais ce n’est pas le plus grave. “Les tissus de la paroi utérine, l’endomètre, s’abîment à force d’être trop stimulés. L’évacuation d’une partie du sang des règles par les trompes entraîne la maladie appelée endométriose”, assure le médecin.

Pire encore: Philippe Vignal se bat depuis des années pour faire reconnaître le lien entre des cycles ovariens trop nombreux et le nombre de cancers du sein. “La prolifération cellulaire qui fait suite à l’ovulation est violente d’un point de vue cancérogène. Les cellules doivent se multiplier très rapidement en vue de reconstruction de l’endomètre, mais aussi de la glande mammaire. Or, la multiplication cellulaire comporte un risque augmenté de mutation génétique non réparée, à l’origine du cancer.”

 

Règles culturelles vs règles naturelles

Qu’on se rassure, le gynécologue ne recommande pas que les femmes occidentales se remettent à faire des enfants et à allaiter au même rythme que les femmes Dogons. Plus simplement, il insiste pour que les femmes qui n’ont pas de désir de grossesse interrompent leurs règles en prenant en continu une pilule qui ne diffuse que de la progestérone, cette hormone qui permet de suspendre le processus le cycle ovarien. Plus de cycle, plus de règles, plus de risques, assure-t-il.

Mais aujourd’hui, la plupart des contraceptions proposées aux femmes (pilules, anneaux, stérilets chimiques, etc) diffusent une seconde hormone, l’œstrogène, qui n’aurait d’autre avantage que de créer des règles artificielles. Le docteur Vignal les appelle les règles “culturelles” par opposition aux règles naturelles. “D’où vient cette valorisation des règles dans nos pays occidentaux? fait-il mine de s’interroger. C’est simple, notre société est toujours aussi machiste! La valeur d’une femme se juge à l’aune de sa fécondité. Mais est-il vraiment nécessaire de maintenir des règles dans le seul but de rassurer les femmes sur leur capacité à procréer?”

Le “besoin de règles” pour les femmes serait donc strictement culturel? Le dogme de la régularité menstruelle serait-il en passe d’être remplacé par celui de l’absence de règles? Louise l’assure, vivre sans règles, c’est une renaissance: « Ça a changé ma vie, et pour rien au monde je ne ferai marche arrière”. Cinquante ans après la révolution sexuelle, sommes nous prêtes à jeter nos cups et nos tampons à la poubelle?

Caroline Langlois


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_societe_banniere_bas_mobile_5