cheek_culture_banniere_haut_mobile_5
culture

Newsletter

Elles ont créé la Zouzletter, une newsletter féministe sur la génération Y

Elisa Renouil et Sirrine Laalou © Anna Renouil


Deux éditrices, Sirrine Laalou et Elisa Renouil, proposent à leurs abonné·e·s de découvrir tous les 15 jours une femme du monde de la culture: de la musicienne à la gameuse en passant par l’autrice de BD. 

Présenter tous les 15 jours une femme de notre génération et qui travaille dans le monde de la culture, au sens large.” Voici l’objectif que Sirrine Laalou  et Elisa Renouil se sont fixé en créant la newsletter féministe Zouzletter. Leur premier numéro, envoyé sur la boîte mail de leur centaine d’abonné·e·s jeudi 1er février est consacré à une interview de l’humoriste, comédienne et autrice Sophie Marie Larrouy.

Âgées de 29 et 30 ans, les deux éditrices cataloguées dans leur groupe d’amies comme les “reloues féministes” racontent que l’idée de la Zouzletter leur vient peu de temps avant l’affaire Weinstein d’une envie de rendre visibles celles que l’on entend trop peu, qu’elles soient gameuses ou écrivaines. “On évolue dans le milieu culturel et pourtant, on s’est rendu compte qu’on avait bien plus de facilité à citer dix bons musiciens et auteurs que dix musiciennes et autrices, racontent-elles. On a voulu remédier à ça”. Cheek Magazine a posé trois questions à ces deux copines au projet ambitieux et prometteur.

 

Comment sélectionnez-vous les femmes à qui vous donnez la parole?

Ce sont des nanas avec un discours qui nous parle et que nous avons envie de rencontrer. Autant se faire plaisir! On s’est fait une longue liste de femmes qui représentent différents “types” de culture. L’important pour nous est de mettre en lumière des thématiques et des personnes diverses, pas uniquement blanches ou du milieu de la littérature. Pour les prochains numéros on garde le suspense, mais on peut vous donner des indices: vous pourrez découvrir une illustratrice très active dans les milieux militants et une romancière pour ados.

Pourquoi avoir choisi le format newsletter?

On n’a pas vraiment hésité. On est abonnées à quelques newsletters féministes comme Les Glorieuses, Quoi de Meuf, Women who do stuff ou Les flux de Clu, qui sont de bons vecteurs de communication selon nous. Ce format Web nous permet d’avoir un discours libre, qui n’est pas conditionné par sa forme. En plus, on est toutes les deux plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral, même si la technique d’interview nous stressait un peu… On n’est pas journalistes!

Pourquoi voulez-vous mettre spécifiquement en avant votre génération?

En effectuant un travail de veille, indispensable chez les éditrices, on s’est rendu compte qu’on retrouvait les mêmes manières d’être femme chez des Youtubeuses beauté et des militantes de la même génération que nous suivions sur Twitter. La prise de conscience chez les féministes qui ont à peu près notre âge est particulière et plus collective que celle de nos mères, sûrement grâce à Internet. On s’est réapproprié le mot “féminisme” et on a créé une conscience de groupe qui permet notamment à la sororité de se développer. Avec la Zouzletter, interview après interview, on aimerait créer une sorte de galaxie qui regroupe les femmes et féministes d’aujourd’hui, aussi multiples qu’elles puissent être.

Propos recueillis par Margot Cherrid


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_culture_banniere_bas_mobile_5