cheek_culture_banniere_haut_mobile_5
culture

Documentaire

Silvana Imam, la rappeuse suédoise qui mène “la révolution lesbienne”

Silvana Imam, extrait du film “Silvana”


Projeté vendredi 12 avril au festival bordelais Musical Ecran, le documentaire Silvana suit l’ascension de la rappeuse suédoise lesbienne et engagée Silvana Imam. Un film fort sur une artiste indispensable. 

C’est une tornade blonde qui renverse tout sur son passage, mais surtout le racisme et le sexisme, ces maux toujours bien présents dans son pays, la Suède. D’origine lituanienne, Silvana Imam, 23 ans, est devenue une star dans la patrie des rollmops, qui l’a vue émerger en 2013 avec un premier album baptisé Rekviem. Son rap bien vénère et engagé, craché dans la langue de Bergman, l’a propulsée parmi les musiciennes les plus intéressantes de sa génération. Sa relation avec la chanteuse pop Beatrice Eli, dont elle partage la vie depuis 2014, a achevé d’en faire une icône. 

Lesbienne et féministe, la rappeuse est au cœur d’un documentaire sobrement intitulé Silvana, présenté ce vendredi 12 avril au festival de films musicaux Musical Ecran, qui se tient à Bordeaux du 7 au 14 avril. Réalisé par trois femmes, les documentaristes Christina Tsiobanelis, Mika Gustafson et Olivia Kastebring, ce long-métrage vibrant et sensoriel suit l’ascension de Silvana Imam dans une Suède en pleine montée d’extrême droite. Regroupées dans un collectif qui parle d’une seule et même voix, les trois réalisatrices évoquent leur collaboration avec une artiste hors-normes, que le monde entier mériterait de connaître. 

 

 

Pourquoi avez-vous choisi de réaliser un documentaire sur Silvana Imam?

En premier lieu, Olivia et Mika ont réalisé un clip pour l’un de ses morceaux. Ensuite, nous nous sentions assez seules en tant que réalisatrices à notre sortie de l’école en 2012, et nous étions frustrées par l’industrie cinématographique et la simplicité avec laquelle nos collègues masculins, contrairement à nous, arrivaient à faire leur trou dans le business, à récolter des contacts et à obtenir du boulot. Nous avons donc voulu remédier à cela. Enfin, on avait le sentiment que les role models féminins manquaient à l’écran. Silvana Imam, c’était exactement le genre de personnage qui fait défaut au paysage cinématographique. Alors nous avons commencé à la filmer. Nous nous sommes senties investies d’une mission, celle de transmettre son message pour ne pas qu’on l’oublie, à l’instar de beaucoup d’autres femmes, puisque l’histoire ne retient que les hommes. Nous avons réalisé plus tard que Silvana n’avait besoin de personne pour se faire sa propre place dans l’histoire!

Silvana a-t-elle tout de suite accepté d’être filmée?

Oui, elle a tout de suite été d’accord. Un peu plus tard pourtant, elle nous a dit qu’elle pensait que le tournage allait durer trois jours, ou au maximum trois semaines. Elle n’avait pas réalisé qu’il durerait trois ans. Cela dit, pour être tout à fait honnêtes, nous non plus. 

A-t-elle fixé des conditions, des limites ou des règles?

Pas vraiment. Nous lui avons dit qu’elle pouvait mettre son veto si elle ne voulait pas qu’on filme quelque chose. C’est sans doute ce qui l’a mise à l’aise. Plus tard dans le projet, lorsque nous avons voulu filmer certaines scènes un peu sensibles, nous lui avons expliqué pourquoi c’était important pour le film. Elle a réalisé que nous n’étions pas là pour révéler au monde ses secrets intimes, mais que nous avions à cœur que son portrait soit honnête et représentatif. 

 

Silvana Imam et Beatrice Eli, extrait du film “Silvana”

Beatrice Eli et Silvana Imam, extrait du film Silvana

 

Vous avez commencé à la filmer assez tôt dans sa carrière, avant qu’elle devienne la star qu’elle est maintenant. Aviez-vous l’intuition qu’elle deviendrait importante?  

Non, pas vraiment. D’habitude, les féministes radicales n’occupent pas autant de place dans les médias. C’était d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles on voulait documenter son parcours. On avait l’impression que le monde en avait besoin. C’est le genre de film que nous aurions voulu voir quand nous étions adolescentes, et les adolescentes d’aujourd’hui ont toujours besoin de ce genre d’histoires. 

Une artiste comme Silvana Imam aurait-elle pu exister en Suède il y a quelques années? Pourquoi est-elle particulièrement pertinente en ce moment?

Des artistes comme elle, avec le même genre d’engagement, ont déjà existé auparavant. Mais comme on le sait, on a toujours fait taire les femmes qui “prennent beaucoup de place” et parlent de ce qui ne va pas. Le printemps 2014, au cours duquel elle est devenue connue, était une période très chargée politiquement en Suède. Le SD (NDLR: Les Démocrates de Suède, un parti nationaliste et anti-immigration) a gagné des sièges au parlement; il y a eu un mouvement de résistance contre la xénophobie et le parti F! (NDLR: Initiative féministe, le parti suédois féministe) a aussi gagné du pouvoir. Au cours de cette année-là, beaucoup de choses ont changé et le féminisme s’est normalisé en Suède. Je crois donc qu’elle est arrivée à un moment où les gens avaient vraiment besoin d’une voix comme la sienne. 

Comment votre film a-t-il été accueilli jusqu’ici?

Il a été très bien reçu, tant en Suède qu’à travers le monde. On s’est demandé si les gens seraient intéressés en dehors de Suède, puisqu’elle n’y est pas tellement connue. Mais nous avons rencontré des gens dans beaucoup de pays différents qui ont été touchés par cette histoire et qui se sont sentis galvanisés par le film. Et ça, c’est formidable. 

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski 


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_culture_banniere_bas_mobile_5