cheek_culture_banniere_haut_mobile_5
culture

Livre

Le Remue-ménage: cette maison d'édition féministe et montréalaise conquiert la France

DR


Depuis 1976, les Éditions du remue-ménage se consacrent à une œuvre d’utilité publique: alimenter la réflexion sur la condition des femmes et sur les questions de genre. Bonne nouvelle, certains de leurs livres seront bientôt disponibles dans toute la France.  

Tout est parti d’un ras le bol et d’un constat. En 1975, une poignée de femmes québécoises, militantes et politisées, décident de revendiquer leur liberté de choisir leur vie et de maîtriser leurs corps. Déplorant le manque d’écrits féministes dans le champ littéraire, elles décident de fonder leur propre maison d’édition: les Éditions du remue-ménage.

En 1976, elles éditent leur premier livre, Sorcières, sages-femmes et infirmières, une traduction du texte des féministes américaines Barbara Ehrenreich et Deirdre English, qui s’intéressaient déjà à la chasse aux sorcières et à la place des femmes dans le secteur de la santé.

 

Un travail gratuit et acharné

Quarante ans plus tard, elles sont toujours là, malgré le backlash des années 80, malgré la terreur qui a saisi les féministes québécoises après le féminicide commis à l’école polytechnique de Montréal en 1989, où 14 femmes ont trouvé la mort. “Cette longévité, elle s’explique par le courage et le travail acharné des femmes qui ont créé la maison, confie Camille Simard, responsable des communications du Remue-ménage. “Pendant la première décennie, elles ont travaillé bénévolement, ce qui est assez ironique quand on sait que les livres que nous éditons dénoncent justement le travail gratuit des femmes. Mais c’est comme ça que la maison a survécu.”

Pour faire passer leur message et aborder les sujets qui fâchent, les Éditions du remue-ménage recourent à tous les genres.

Aujourd’hui, la nouvelle génération a pris le relai et les éditions vivent grâce à une petite équipe de quatre femmes. Le catalogue compte désormais des dizaines de titres qui étudient la vie des femmes et le féminisme sous toutes les coutures. Parmi les plus récents succès du Remue-ménage, Faire partie du monde, un ouvrage de réflexions écoféministes, mais aussi Libérer la colère, dans lequel une trentaine d’autrices font entendre la voix des femmes et livrent des témoignages parfois difficiles sur leur histoire.

 

Mettre en avant le travail des femmes

Dans leur dernière parution, La Crise de la masculinité, Francis Dupuis-Déri, universitaire spécialiste de l’antiféminisme, nous propose une plongée captivante dans le joyeux monde du masculinisme. Le livre paraîtra en France le 7 février prochain, tout comme Les Filles en série où la féministe Martine Delvaux nous invite à poser un regard différent sur les images auxquelles les femmes sont souvent réduites et à en tirer parti.

Pour faire passer leur message et aborder les sujets qui fâchent, les Éditions du remue-ménage recourent à tous les genres: essais légers ou plus pointus, romans, pièces de théâtre… Dans les semaines qui viennent, elles publieront dans l’hexagone la bande dessinée La Zone de l’amitié, un guide des rapports non sexuels et harmonieux entre hétéros de bonne volonté” signé Val-Bleu, une bédéiste féministe montréalaise. La maison d’édition s’adresse même aux enfants: en 2006 est paru Ulysse et Alice d’Ariane Bertouille, premier album jeunesse québécois mettant en scène des mères lesbiennes.

Peut-être qu’avant on n’avait pas les mots. Et c’est notre rôle, en tant que maison d’édition, de donner le vocabulaire. 

Un catalogue hétérogène, donc, mais toujours centré sur les femmes. Les Éditions du remue-ménage prônent d’ailleurs la non-mixité. “Nous travaillons avec quelques auteurs masculins mais nous privilégions toujours le travail des femmes, précise Camille Simard. “Parce qu’elles ont plus de mal à trouver leur place ailleurs, c’est de notre responsabilité de mettre leur travail en avant.

 

Libération de la parole

Ces quarante années donnent à l’équipe du Remue-ménage une place privilégiée pour apprécier l’évolution de la cause féministe. “Aujourd’hui, on parle beaucoup plus facilement de féminisme qu’avant, donc on n’a plus le sentiment d’être des énergumènes, confie Camille Simard. Nul doute que le mouvement #MeToo y est pour quelque chose.

En quelques années, les changements ont été énormes. On n’utilise plus le terme culture du viol entre guillemets et on ose utiliser le mot clitoris. Les jeunes filles ont moins peur de parler de ces choses-là dans leur couple, dans leur famille, précise Camille Simard. “Peut-être qu’avant on n’avait pas les mots. Et c’est notre rôle, en tant que maison d’édition, de donner le vocabulaire. Sa seule crainte, un retour de bâton. Un nouveau backlash qui replongerait le féminisme dans l’anonymat, comme dans les années 80 et 90. Mais toute l’équipe du Remue-ménage, comme tant d’autres, luttent au quotidien pour éviter cela.

Diane Poupeau


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_culture_banniere_bas_mobile_5