cheek_culture_banniere_haut_mobile_5
culture

La vidéo du jour

“Paris est une fête”, le film sans budget qui a su capter l'essence de Paris et de ses jeunes après les attentats


Ce film au tout petit budget a été tourné dans la vie réelle post-attentats de 2015 et on y découvre une jeunesse combattive ainsi que l’atmosphère vibrante de la capitale, de ses moments d’allégresse à ses heures les plus sombres. 

 “Anna rate le vol qu’elle aurait dû prendre pour retrouver Greg à Barcelone. L’avion s’écrase. Prise dans le vertige d’une mort évitée de peu, elle s’éloigne de la réalité et du présent. Alors que son couple se désagrège, Paris devient le miroir de sa détresse.” Voici le scénario très simple de Paris est une fête, aucun lien avec le roman d’Hemingway, bébé d’une bande de copains dans la vingtaine, tous passionnés de cinéma. 

https://vimeo.com/250750742

De la fête de la musique à Nuit debout en passant par les attentats de 2015, Paris est une fête dresse le portrait d’une ville-lumière drôle, tragique, mélancolique, énergique… Le parcours d’Anna s’entremêle avec la vie de la capitale et révèle les rêves, les peurs et les combats d’une jeune génération bouillonnante. 

Un long métrage comme on en voit peu: trois ans de tournage et seulement 4000 euros de budget. “Nous avions un projet hors cadre, hors format, il n’existe pas de solutions de financement pour ce type de projet, nous avons donc avancé sans soutien”, raconte Paul Saïsset, membre de l’équipe et chargé de la communication du film au site Numerama.

https://www.facebook.com/parisestunefetefilm/videos/315861685592416/

Dans une vidéo dévoilée sur FacebookNoémie Schmidt, actrice principale, révèle les dessous d’un tournage atypique où le réel est venu s’immiscer dans la fiction. L’équipe a en effet tourné au milieu de la foule, sans figurants, sans contrôle aucun sur les évènements. Marche du 11 janvier 2015 ou obsèques de Johnny, l’équipe tournait là où il se passait des choses. Rapidement, leur manque de moyens devient une force et offre au film une authenticité et une spontanéité inédites. 

Un nouveau cinéma,risqué, aventureux et différent qui, comme le rappelle Noémie Schmidt, a besoin de moyens pour exister. Le 19 janvier dernier, pour finaliser le film qui en est au stade de post-production, l’équipe a lancé une campagne de crowdfunding et a récolté 28 000 euros en dix jours. L’objectif à présent? Une sortie en salles. 

Audrey Renault


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_culture_banniere_bas_mobile_5