cheek_culture_banniere_haut_mobile_5
culture

Le cheek point

Harcèlement et humiliations: bienvenue dans les coulisses de l'Opéra de Paris

Photo issue du documentaire ”La Danse, le ballet de l'Opéra de Paris” de Frederick Wiseman (2009) © Sophie Dulac Distribution


On a lu pour vous cette enquête publiée par France Info sur le harcèlement des danseur·se·s à l’Opéra de Paris et on vous la conseille fortement. 

“‘C’est important que le grand public connaisse l’envers du décor.Marie* a fait toute sa carrière en tant que danseuse dans le ballet de l’Opéra de Paris. Un milieu très prestigieux mais entaché, début avril, par la divulgation dans la presse des résultats d’un sondage interne sur la frustration des danseurs. Réflexions difficiles’, ‘absence criante d’accompagnement’, ‘refus d’écouter les aspirations de beaucoup de danseurs’: de nombreux membres du corps de ballet y décrivent des situations très douloureuses. On parle de harcèlement, c’est très grave! Terrifiant. Ça fait beaucoup trop longtemps qu’il y a des choses qui se passent en interne qui ne devraient pas exister’, défend Marie. […]

Des remarques sur les performances des artistes, mais aussi parfois sur leur physique. Pour son livre Entrer dans la danse. L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris (2017, éditions CNRS), le sociologue Joël Laillier a recueilli pendant plusieurs années les témoignages de danseurs. Une fois, il y a une répétitrice qui est venue me voir, elle m’a pris le bras et m’a dit: ‘Dis donc, on mange bien, hein?’ On est trop grosse!’, raconte Claire, 36 ans, dans l’ouvrage. Ça, c’est un truc qui toute la vie nous tourne dans la tête.’”

Dans son enquête publiée sur le site de France Info, la journaliste Camille Adaoust s’est glissée dans les coulisses de l’Opéra de Paris et lève le voile sur un tabou: le harcèlement moral des danseur·se·s. Les témoignages de plusieurs danseur·se·s resté·e·s anonymes dépeignent une institution dominée par des rapports d’autorité sortis d’un autre temps. Entre humiliations, pression et manque de reconnaissance, les danseur·se·s révèlent un épuisement moral qui joue aussi sur leur santé physique. Ils regrettent également le manque de professionnalisme de la directrice Aurélie Dupont, qui refuse tout entretien avec les danseurs. Une enquête passionnante qui dévoile l’envers du décor d’une institution encore trop fermée sur elle-même.

À lire le plus rapidement possible sur le site de France Info.


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_culture_banniere_bas_mobile_5