cheek_culture_banniere_haut_mobile_5
culture

Musique

7 rappeuses françaises à suivre en cette rentrée

Mac Manu et Casmir Patterson, instagram.com/dopechiccity


Elles sont françaises, elles rappent et elles ont des nouveaux projets. Petit tour des rappeuses hexagonales à suivre en cette rentrée. 

De Nanterre aux Alpes Maritimes en passant par Roubaix, la France a donné naissance à une nouvelle génération de rappeuses qui façonnent leurs rimes ou leurs beats avec un talent qui n’a rien à envier à leurs cousines d’outre-Atlantique. Encore confidentielles ou déjà dans le radar des scrutateur·rice·s de la scène hip hop, on vous présente ces valeurs montantes qui devraient très vite faire parler d’elles. 

 

Billie Brelok

Quatre ans après son précédent projet L’Embarras du choix, la rappeuse de Nanterre Billie Brelok revient avec le double Ep Gare de l’Ouest. Alléchant, le premier chapitre sorti au mois de juin est un condensé de rimes acérées, dont l’artiste est coutumière. Sur le titre Plaisance, la MC d’origine péruvienne dézingue les touristes colonialistes experts en appropriation culturelle qui “s’éloignent trop de l’hôtel et (ont) la goutte sur la tempe”. On attend avec impatience le second volet, prévu pour fin novembre.

 

Punchlyn

Active au sein du collectif roubaisien FAR, PunchLyn (prononcez PunchLeen) se fait remarquer en 2017 grâce à un freestyle posté sur l’application Keakr qui comptabilise rapidement plus de 17 000 vues. Un an plus tard, l’artiste sort un premier EP prometteur intitulé Hope, qui atteste de sa palette de possibilités, mêlant flow tonique et chant R&B sur des prods acoustiques ou électro.

 

Waka

Militante avant tout, Waka a cofondé avec son association Baham ARTS les festivals UMOJA (à Marseille) et INTERSECTION (à Montreuil) qui visent à mettre en lumière les cultures et les personnes marginalisées, dont les artistes queer, racisé·e·s et précaires. Inspirée par la plume de Verlaine et de l’artiste camerounais Donny Elwood, Waka écrit des poèmes dès le collège, puis se lance dans le beatmaking en 2013 avant de prendre le micro. Pour patienter jusqu’à la sortie de sa première mixtape Tardigrade le 25 novembre, la productrice, DJ et rappeuse marseillaise nous gratifie du très politique R.C.A., un inédit qui ne figurera pas sur son projet.

 

Fanny Polly

C’est par la danse et avec la compagnie Xpression Arts Corps que Fanny Polly, originaire de Mouans-Sartoux (06) et désormais basée à Paris, se frotte d’abord au hip hop. Première rappeuse produite par Scred Connexion (groupe phare de la scène rap des années 1990 devenu un label indépendant, une boutique et un festival), la MC au flow authentique, simple et sensible, a distillé plusieurs cyphers enthousiasmants tout au long de l’été. Son clip Introduction, qui relate son parcours dans le rap depuis 2016 de son sud natal à la capitale, est un avant-goût de son premier opus attendu dans les semaines à venir.

 

Mac Manu

Vous l’avez peut-être déjà entendu parler de hip hop sur Fréquence Paris Plurielle. Mais quand elle n’est pas à la radio derrière un micro, Mac Manu est… derrière un micro. La rappeuse venue du sud et installée à Paris a fait du chemin de puis son morceau Magma, sorti il y a sept ans, et précisé son univers glam-burlesque-badass. Actuellement en préparation d’un album avec DJ idem, qui produit la majeure partie de ses morceaux, Mac Manu a sorti consécutivement deux clips, un duo avec le rappeur de Compton Big2DaBoy, et Marylin dans le bendo, qui confirment sa maîtrise, tant de la trap, que du rap old school ou du dance hall.

 

Pumpkin

Elle rappe et il produit. Fidèles aux sonorités et aux valeurs du hip hop old school, la MC nantaise Pumpkin et le beatmaker Vin’S da Cuero officient ensemble depuis 2006. Astronaute, le deuxième album du binôme featuring (notamment) la chanteuse China Moses et le rappeur JP Manova, nous plonge une nouvelle fois dans leur univers boom bap électro soul, et aborde des thématiques allant des migrants aux attentats en passant par les stéréotypes de genre. Rendez-vous le 9 novembre pour la sortie physique et digitale et le 24 janvier prochain pour la release party à La Boule Noire à Paris.

 

A2N

Une femme qui s’en donne les moyens peut atteindre ses objectifs.” C’est avec ce leitmotiv que la rappeuse parisienne a passé quatre années à élaborer son nouveau projet La Tape dans les étoiles qui sortira le 28 novembre. Si ses nouveaux morceaux puisent autant dans la trap que le boom bap ou l’électro, l’écriture et la volonté de véhiculer des messages restent centrales dans sa musique avec laquelle elle entend “combattre pour l’équité”. Active depuis 2008 sur la scène hip hop, A2N livre ici son point de vue de femme et d’artiste, narre ses évolutions et ses tranches de vie, de la rue au studio.

Éloïse Bouton


NE MANQUEZ JAMAIS UN ARTICLE
cheek_culture_banniere_bas_mobile_5